Adventist World en Français - Janvier 2019

par Super User
Lorsque la plupart des chrétiens célèbrent la naissance de Jésus, ils n’ont en tête qu’un aspect de l’histoire. Peut-être le temps est-il venu d’en voir l’autre aspect – de raconter l’histoire qui succède à toutes les scènes chaleureuses et sympathiques de la nativité. Dans mon imaginaire, je vois une image d’un vieux livre d’histoire biblique. On y aperçoit Joseph, Marie et l’Enfant qui partent de leur mai- son par la porte arrière, au moment même où les soldats du roi com- mencent à marteler la porte avant. Mais peut-être ne s’esquivent-ils pas tant de justesse que ça. Peut-être que ces trois personnes spéciales, qui viennent à peine de composer une famille, ont déjà quelques kilomètres de franchis avant qu’une effroyable clameur ne déchire le silence de la nuit. Bien qu’ils aient échappé à la tragédie dans Bethléhem, le chagrin les rattrape tout de même, car quels parents parmi nous n’éprouveraient pas une peur terrible s’ils étaient contraints, à un moment donné, de prendre leurs petits et de s’enfuir pour sauver leur vie ?

Quoique nous nous plaisions à dire que tout le monde aime un bébé, souvenons-nous qu’avant même que ce bébé soit âgé de plu- sieurs jours ou de plusieurs mois, il était déjà un enfant méprisé et rejeté – un enfant de douleur, un enfant ô combien habitué à la souf- france... Jean ne manque pas de nous le rappeler : « Il est venu chez les siens ; et les siens ne l’ont point reçu. » (Jn 1.11, OST) Il n’y avait pas de place pour sa mère dans l’auberge, pas place pour lui dans tout le pays. Ce précieux enfant fut donc contraint de fuir dans un pays étranger, dans un pays païen, pour sauver sa vie.

C’est là l’autre aspect – plus sombre – de l’histoire de Noël. Et c’est peut- être l’antidote biblique à toutes ces notions floues d’une paix et d’une harmonie mondiales que nous entretenons à la fin de chaque année.

Tout le mal pouvant être fait pour rendre sa naissance et sa vie misé- rables a été fait. Toute circonstance pouvant être orchestrée pour rendre son origine scandaleuse
a été orchestrée. Tout instrument de terreur pou- vant être inventé pour menacer cet enfant a été inventé. En vérité, compte tenu de tout ce que ce mal a déployé contre lui, il est absolument remar- quable que notre Seigneur nous ait enseigné un Évangile de liberté, de confiance, et de paix !

Par-dessus tout, cet enfant était certainement à risque. Et nous savons qu’il n’a pas été le dernier enfant à l’être, que des centaines – non, des centaines de milliers – de tout-petits font au- jourd’hui partie d’une grande et effrayante fuite devant la peur, la douleur, la guerre, et la famine.

Tandis que dans ce numéro de Adventist World vous lisez la série d’articles spéciaux qui se focalisent sur le sort des réfugiés, priez pour voir sur le visage de ceux que Christ appelle « ses tout-petits » celui de Jésus, lequel aspire encore à notre amour, à notre consolation, et à une place dans notre cœur.

Leave your comments

Comments

  • No comments found